L'Hystéroscopie opératoire

Gynecologue Paris Partager sur Google+ Gynecologue Paris Partager sur Tweeter Gynecologue Paris

Créé le 20 juillet 2010, par Olivier KADOCH

Dernière mise à jour le 28 août 2015

Définitions:

L'hysteroscopie opératoire est une opération chirurgicale qui permet d'opérer directement l'intérieur de l'utérus à l'aide d'un hysteroscope( figure 1 ) qui est introduit par les voies naturelles , c'est à dire au fond du vagin en passant par le col de l'utérus.

Le col de l'utérus est préalablement dilaté par l'introduction de bougies, de diamètre croissant, successivement .Une fois dilaté l'hysteroscope est introduit dans la cavité utérine. Il est muni d'une caméra reliée à un écran vidéo qui permet de visualiser la cavité utérine et de rechercher les lésions. Un système d'irrigation par sérum physiologique est relié à l'hysteroscope , ceci permet une meilleur visualisation . L'hysteroscope possède une anse diathermique qui permet la résection des éventuelles lésions. Au début de l'intervention, le chirurgien fait une exploration complète afin de vérifier qu'il n'existe pas une autre anomalie que celle pour laquelle l'intervention avait été indiquée. Une anesthésie est nécessaire. Selon le type d'intervention, les caractéristiques et le désir de la patiente, l'anesthésie sera générale, locorégionale (rachi-anesthésie) ou locale.

Selon ce qui sera convenu avec votre chirurgien (et selon le type d'intervention prévue), vous pourrez ou non sortir le soir même de l'intervention.

Dans tous les cas, l'autorisation de sortie n'est délivrée qu'après avis du chirurgien et de l'anesthésiste. Le déroulement de l'intervention peut modifier les conditions de sortie (si par exemple l'opération a duré plus longtemps que prévu).

Les indications :

Cet acte médical est en général indiqué lorsqu'une lésion utérine nécessitant un traitement chirurgical a été identifiée pendant l'hysteroscopie diagnostique.

-Ablation d’un polype utérin.

-Ablation d’un fibrome utérin.

-Traitement de synéchies utérines.

-Ablation de la muqueuse utérine (endomètrectomie) : dans certaines situations, cette technique représente une alternative à l'hystérectomie.

-Section d’une cloison utérine (utérus cloisonné).

-Agrandissement de la cavité utérine (métro plastie d’agrandissement, utérus Distilbène).

-Ablation d’un stérilet (lorsque son ablation classique est impossible).

-Stérilisation tubaire.

A quel moment peut on effectuer une hysteroscopie opératoire :

De même que pour l'hysteroscopie diagnostique , elle s'effectue entre J8 et J13 du cycle menstruel chez la femme non ménopausée . Elle peut être effectuée a n'importe quel moment chez la femme ménopausée.

Comment se déroule l'opération :

En général l'opération est faite en ambulatoire, la patiente arrive le matin et repart en général le soir même , ou bien dans certains cas 24 ou 48 h .

Vous serez en position gynécologique et un spéculum sera mis en place. Le premier temps consiste à introduire l'hystéroscope dans l'utérus en passant par les voies naturelles : vagin et col de l'utérus. L'hystéroscope est un fin tube métallique comportant des fibres optiques et relié à une caméra; ainsi toute l'intervention est suivie sur un écran (comme une télévision). L'hystéroscope est un instrument optique de petit diamètre quand il s'agit de l'hystéroscopie diagnostique (2,5 à 3,5mm) et de diamètre un peu plus élevé (8 à 10 mm) quand il s'agit de l'hystéroscopie opératoire. Pour pouvoir introduire l'hystéroscope dans le col de l'utérus, le chirurgien a besoin de dilater le canal cervical en utilisant des bougies de diamètres croissants.

On introduit un liquide dans la cavité utérine d'une part pour pouvoir la distendre afin d'avoir une bonne visibilité, et d'autre part afin de pouvoir utiliser les énergies nécessaires à la réalisation de l'acte opératoire. Ce liquide peut être soit du sérum physiologique (si on utilise une énergie bipolaire), soit du glycocolle (en cas d'hystéroscopie opératoire utilisant une énergie monopolaire classique). En cas d'ablation d'une lésion lors de l'intervention, elle est envoyée au laboratoire pour une analyse .Les résultats sont communiqués a la patiente sous 10 jours maximum.

Éventuelles complications :

Elles sont rares et de survenue imprévisible:

-La persistance d’un petit saignement pendant plusieurs jours est habituelle.

-Risque d’hémorragie, survenant en post-opératoire immédiat ou à distance (dans les jours suivant l’opération). Elle peut être liée à une déchirure du col utérin ou à une perforation utérine. La survenue d’une hémorragie peut nécessiter une ré-intervention.

-Risque d’infection, se manifestant par des pertes vaginales malodorantes, une douleur pelvienne et de la fièvre, infection urinaire.

-Échec de l’intervention suite à une fausse route du trajet de l’hystéroscope contre indiquant la poursuite de l’intervention.

-Très rarement, une hystéroscopie opératoire peut provoquer une infertilité par obstruction du col utérin (sténose) ou par la survenue d’une synéchie post opératoire.

-Absence de règles, par sténose (obstruction) du col utérin ou par l’apparition d’une synéchie, pouvant nécessiter une dilatation ou une ré-intervention.

-Béance cervico-isthmique liée à la dilatation du col utérin.

-Risques liés à l’anesthésie : allergie, infection…

-Exceptionnellement, une plaie intestinale ou du système urinaire, liée à une perforation utérine.

-Atteinte neurologique liée à un passage intra vasculaire important du liquide d’irrigation (Glycocolle) : céphalées, troubles visuels, troubles respiratoires, et cardiovasculaires, hypo natrémie et hémodilution.

Les suites opératoires sont en général simples et indolores.